Autres préoccupations du CJC

Au-delà des préoccupations et revendications du CJC sur les enjeux plus globaux pour la jeunesse, le CJC a également pour missions de représenter ses associations et de défendre leur travail au quotidien. Cette note a pour but de mettre ne lumière les différents enjeux que le CJC souhaitent également défendre pour ses associations membres.

1.    Formation

Le CJC a, pour ainsi dire, la formation dans le sang. Historiquement à la création de Résonance (initialement ICC) une plateforme d’organisations actives dans la formation, il reste encore au sein de la fédération beaucoup d’opérateurs de formation organisant le Brevet d’Animateur ou Coordinateurs de Centre de Vacances et eux-mêmes agréés comme centres de vacances ou opérateur d’accueil temps libre (en extra-scolaire après l’école). Ce sont chaque année des milliers de jeunes qui sont formés par les membres du CJC non seulement pour l’animation d’enfants mais également pour celles d’animateurs eux-mêmes (formation de cadres ou de formateurs). Afin de pouvoir continuer et amplifier ce pilier de l’éducation permanente qu’est la formation pour le CJC et ses membres en continuant notamment à rendre accessible financièrement ces formations à tous les jeunes voici nos revendications :

  • Permettre les collaborations entre les associations qui collaborent avec les écoles dans l’organisation du BACV en leur permettant de bénéficier d’un soutien financier pour les élèves qui se lancent dans la formation d’animateur (BACV).
  • Décrétaliser la circulaire formation afin que l’enveloppe totale de cette circulaire formation aujourd’hui soutenant tous les opérateurs de formation de la communauté française puisse être pérennisée et ne puisse être remise en question à chaque nouveau gouvernement.
  • Rendre pluriannuel la convention de le Commissariat Général au Tourisme et l’ONE permettant de soutenir l’organisation de centres de vacances en Wallonie et ainsi de réduire le coût pour les enfants qui y participent.

Source légale :

  • Circulaire ministérielle organisant le soutien des programmes de formation des cadres de l’animation et l’action culturelles, socio-culturelles et socio-artistiques (version du 1er septembre 2018)

2.    Volontariat

Ce sont des milliers de jeunes volontaires qui s’investissent pour offrir des vacances, animations, réflexions accessibles aux enfants et jeunes dans les associations du CJC. La dynamique de mouvement où les jeunes volontaires sont à la base des décisions stratégiques de l’association est essentielle pour la fédération. C’est une des raisons pour lesquelles le CJC s’investit dans la Plateforme Francophone du Volontariat (PFV) qui soutient et promeut le volontariat dans l’espace francophone belge. Afin de soutenir ce volontariat, le CJC porte avec la PFV deux revendications :

  • Elimination du formulaire C45B. Ce dernier oblige les chômeurs à déclarer leur volontariat auprès de l’ONEM (lieu, nombre de jours etc.). Ce formulaire est souvent mal compris par les agents de l’ONEM empêchent les chômeurs de s’investir. De plus en plus de jeunes sont investis au chômage en attendant de trouver du travail après leurs études secondaires ou universitaires. Ce formulaire est un frein à leur investissement durant cette période.
  • Mise en place d’un nouveau congé thématique « volontariat » pour les travailleurs et étudiants. Afin de pouvoir s’investir pour notamment donner des formations, il faut pouvoir libérer du temps et il serait intéressant de mettre en place un congé thématique pour soutenir les personnes qui s’investissent comme volontaires.

3.    Emploi

Le soutien à l’emploi est essentiel pour permettre aux organisations de réaliser leurs missions de développement de jeunes CRACS (citoyens responsables actifs critiques et solidaires). Afin de permettre de soutenir davantage les organisations sur ces aspects voici quelques revendications du CJC. Le CJC est membre de la FESOJ (Fédération des Employeurs du Secteur des Organisations et Centres de jeunes) et défend avec elle et la CESSOC (Confédération des employeurs du secteur du socio-culturel) les trois premières revendications ci-dessous :

  • Soutenir les dynamiques de mutualisation entre employeurs d’un même secteur en leur permettant notamment d’accéder aux mêmes subventions d’emplois que les employeurs reconnus dans le secteur (les groupements d’employeurs notamment)
  • Appliquer l’article 22 du décret emploi permettant la redistribution des trop-perçus qui pourraient survenir dans le cadre de ce même décret.
  • Améliorer le dispositif du cadastre SICE afin qu’il soit efficace, rapide et facile d’utilisation (notamment pour les gros employeurs).
  • Soutenir l’emploi pédagogique notamment en permettant d’attribuer de nouveaux emplois pédagogiques (détachés pédagogiques ou APE pédagogique) aux organisations de jeunesse. Afin de permettre à tout le secteur d’atteindre un niveau similaire et harmonisé il faudrait dégager 34 nouveau ETP pédagogique. Cela pourrait notamment passer par un refinancement de l’article 68 du décret organisation de jeunesse concernant les APE pédagogiques.
  • Financer un deuxième ETP pour toutes les organisations de jeunesse afin de les soutenir dans leur développement territorial.

4.    Secteur OJ

Le secteur jeunesse est l’essence même du CJC et de ses organisations membres. Afin de soutenir au mieux son développement et la parole des jeunes voici les revendications du CJC en la matière :

  • Réformer le Conseil de la Jeunesse de la Communauté Française pour permettre une réelle représentation efficace des jeunes notamment en passant des initiatives novatrices pour sa composition tel le tirage au sort.
  • Obtenir une exception pédagogique pour les taxes de la SABAM et de la rémunération équitable sur la diffusion de musique dans le cadre d’activité d’OJ.
  • Décrétaliser la circulaire infrastructure permettant de soutenir la mise en conformité des locaux organisations de jeunesse et augmentation des moyens de l’enveloppe pour assurer au minimum d’assurer une mise en conformité de l’Axe 1 (la sécurité) pour toutes les demandes des organisations et locales.
  • Evaluer la circulaire « soutien projet jeunes » et sa nouvelle mouture de 2018
  • Evaluer le projet de politique locale de jeunesse
  • Faciliter les démarches administratives pour les associations notamment les demandes de renouvellement d’agrément etc.