Mobilité

Le CJC demande la gratuité des transports publics sans discrimination aux moins de 35 ans, des investissements infrastructurels pour accueillir toutes personnes porteuses de handicap et un renforcement de l’offre de transports afin de faciliter les déplacements.

– Renforcer l’accessibilité des transports pour tous les jeunes, quels que soit les freins à leur mobilité –

Des transports gratuits pour les jeunes !

Si les moins de 35 ans sont parmi les plus précarisés, ce sont aussi les premiers utilisateurs des transports en commun. Leur offrir leurs frais de déplacements, c’est donc rétablir une certaine équité mais aussi indirectement démocratiser l’accès aux études, aux loisirs et à la recherche d’emploi. Et ce qui profite aux jeunes profite aussi aux parents qui, libérés de leurs rôles de taxi, pourront vaquer à d’autres occupations. Enfin, moins de voitures, c’est évidemment un gain pour l’environnement et la santé.

Rendre la mobilité plus équitable !

En termes d’accès à la mobilité, on ne peut pas dire les PMR soient logés à la même enseigne. Les transports en commun leur sont encore en grande majorité incaccessibles et les infrastructures en leur faveur, inexistantes ou non fonctionnelles. Des PMR affirment réduire leurs sorties, faute de transports adaptés. Les aménagements doivent se faire en concertation avec les associations les représentant.

Une offre renforcée, surtout dans les zones rurales !

Il y a lieu, d’abord, de renforcer les lignes les plus usitées. Mais il est également important de mieux répartir les ressources. L’essentiel des moyens attribués aux transports en commun se concentrent, en effet, là où l’offre est déjà grande, délaissant les zones rurales. La mobilité est pourtant un facteur important de revitalisation économique qui profiterait aux campagnes et rendrait ses habitants plus autonomes.